91Hb9yo3E4L

Vous pensiez Baudelaire mort et enterré ?

Quand Blacke, ancien flic, ancien détective, complètement schyzo reprend du service, c’est à la demande de 5 vieux tous plus louches les uns que les autres.

Il est chargé de retrouvé Baudelaire afin de l’embaumer…

Aidé d’un journaliste totalement traumatisé par une agression, épaulé par la voix de la Moribonde qui ne le quitte pas, Blacke va découvrir les histoires de ces cinq vieux : membre de l’IRA, tueur à gages, mythomane, ancien Hell’s Angel, des extrémistes de droite et de gauche…

 

Mon avis :

L’écriture est légère ce qui est agréable entre deux romans plus violents. Les personnages sont tous très loufoques, quelque peu caricaturaux. Ce roman c’est un peu du grand n’importe quoi. C’est souvent drôle, parfois dramatique.

Pour moi, les personnages sont l’élément central du roman. Ils ont chacun leurs histoires, leurs démons, leurs peurs ou leurs doutes.

J’ai beaucoup apprécié les passages concernant des faits réels ou déformés au travers du passé des cinq vieux.

Le Bloody Sunday, Oackland lors du concert des Rolling Stones, etc…

Aucun n’est vraiment équilibré, loin de là.

Du coup, l’histoire est un peu noyée au milieu de ces personnages, laissant une impression d’une trame décousue. Et c’est bien la seule chose que je regrette dans ce roman. J’ai adoré les protagonistes mais l’histoire ne m’a pas convaincue.

Cela reste néanmoins un roman vraiment plaisant qui plaira aux amateurs de « décalé », peut-être un peu moins aux puristes du polar.

 

Extrait :

Il jette un œil au Baudelaire au fond de son cercueil. Tout, ici, respire l’incongruité. Autant ne pas chercher à comprendre. D’une certaine manière, il a l’habitude de ces absurdités. La mort et le deuil sont deux méchants clowns tristes qu’il a souvent côtoyés. Ils prennent un malin plaisir à transformer les comportements et à secouer le bon sens humain.

 

4ème de couverture :

Enquête sérieuse ou croquignolesque ? Blacke reprend du service pour retrouver le cadavre de Baudelaire. Face à cinq vieux taiseux et un cercueil presque vide, l'ancien détective sera accompagné d'un fantôme sorti de son passé et d'un journaliste traumatisé par un passage à tabac. Le trio devra faire face à une société à l'agonie... et à un jardinier cultivant les fleurs du mal. Après le fort remarqué "Cette personne qui n'aimait pas les chiens", Michaël Moslonka plonge, peut-être pour la dernière fois, David Virgile Blacke dans une enquête sombre comme sait l'être l'âme humaine... cruelle, parfois ridicule mais sans cesse étonnante.

 

L’auteur :

Romancier, il écrit également des nouvelles, quelques poèmes et des articles de fond. Il est publié depuis 2004 dans des revues professionnelles et des fanzines français et québécois.
Il écrit et publie dans les genres suivants : fantastique, jeunesse, héroïc fantasy, sentimental et roman policier.
D’avril 2008 à mai 2010, il a intégré l’équipe rédactionnelle du fanzine québécois Nocturne, le fanzine culte pour assurer sa distribution en Europe.
De 2009 à 2011, il fait partie des membres du comité de lecture des éditions Les Six Brumes.
Depuis août 2010, il s’occupe du blog Riffle noir des éditions du Riffle.
Il anime également des ateliers d’écritures en milieu scolaire et milieu spécialisé. 
Il a signé quelques écrits sous le pseudonyme de R.A. Logan.
Son site d’auteur :
www.michael-moslonka.com 
Source : Wikipédia

 

ISBN 979-10-94428-38-2

272 pages

18.00 euros

couverture: Bertrand Binois