1540-1

Je termine l’année avec cette avant-dernière chronique, en vous présentant une des dernières nouveautés des Editions Fleur Sauvage.

Résumé :

André est un vieil homme vivant avec ses trois chats : Ségolène, DSK et Sarko.

Alors qu’il cherche Ségolène qui s’est enfuie, il entend du bruit chez ses voisins les Moros.

Regardant à travers la haie, il aperçoit le fils, agonisant dans les bras de sa mère.

Il appelle les secours et découvre un corps au fond du jardin.

Les gendarmes pensent avoir identifié ce corps en la personne du Tueur à l’obole, tueur en série opérant dans la région depuis plusieurs années et qui signe ses meurtres en mettant une vielle pièce dans la bouche de ses victimes.

André, lui, se persuade que ce psychopathe est également responsable de la mort de son chat Clarence, empoisonné trois ans auparavant.

Il décide de prouver sa théorie avant de changer d’avis concernant l’auteur de ce méfait et décide d’envoyer une lettre anonyme à la gendarmerie.

Mon avis :

Ce roman, inhabituel dans sa construction, est articulé en trois parties.

La première explore toutes les facettes d’André. Sa passion pour ses chats, sa solitude, les méfaits de son addiction à la boisson et sa quête de vérité.

La seconde dépeint la naissance d’un psychopathe, son évolution, ses pensées et son manque de sentiments.

La dernière est riche en révélations pour un dénouement complètement inattendu.

Un peu déroutée par la première partie, qui semble s’éloigner de plus en plus de la trame policière, je me suis vite prise d’affect pour ce vieil homme qui n’a que ses chats dans la vie.

La seconde partie est très riche en enseignement sur la façon de penser d’un psychopathe.

Les amoureux des animaux, en particulier des chats, n’apprécieront pas  forcément.

La troisième se recentre sur les événements avec un changement de rythme notable.

Trois parties, trois écritures différentes, trois rythmes aussi.

L’auteur réussit avec brio à s’adapter à ces trois séquences.

Même si l’action dans ce roman n’e pas spectaculaire, cela reste un très bon livre, différent de ce dont on a l’habitude.

L’auteur :

Né en 1966, vivant à Isbergues (62), Thierry Declercq est un observateur des gens communs.

Il a d'abord signé "Mémoires d'un tas de charbon", chez Atria, avant de prendre le temps d'élaborer "piège d'os".

  • Broché: 384 pages
  • Éditions : Fleur Sauvage (21 novembre 2016)
  • ISBN-13: 979-1094428351
  • ASIN: B01DTSFGEO