81lVAJOBXzL

Il y a plein de critères qui peuvent vous amener à choisir de lire un roman ou pas.

La couverture

La 4ème de couverture

Le nom de l’auteur, suivant que vous aimez ou détestez

Les avis que vous auriez pu lire sur le net

Le lieu où se déroule l’action

L’époque

Le genre

Ou un auteur avec lequel vous avez ou pas un bon feeling sans l’avoir lu.

Pour la chute du Cafard, ce n’est pas la couverture qui m’a attirée et d’ailleurs, après avoir lu le roman, je cherche encore le pourquoi du comment cette couverture, pas vraiment aguichante.

Ce n’est pas la 4ème de couverture, que je n’avais pas lue.

Ce n’est pas non plus le nom de l’auteur, que je ne connaissais pas.

Ni le genre, que je connais très bien, ni l’époque, qui est la nôtre.

Mais quand Denis m’a contactée pour me proposer son roman, je n’ai pas hésité une seconde car Denis est quelqu’un d’adorable et parce que son roman se déroule dans le Berry, terre natale de mon père.

Et j’ai eu raison.

Une belle découverte que ce premier roman.

Résumé :

Une jeune fille se jette du troisième étage d’un immeuble, depuis le balcon de l’appartement d’un gendarme. Il ne la connait pas. Des photos circulent sur le net de cette gamine dans des positions plus qu’équivoques, prises dans la chambre de cet appartement. Le commandant Lespoir, ennemi juré du gendarme Lanson, va devoir mener une enquête qui se révèlera très personnelle et qui risque bien de le faire sombrer.

Mon avis :

Une intrigue dense, des personnages nombreux font que le début parait un peu embrouillé. Mais très vite, l’auteur nous entraine dans sa spirale infernale.

Ce roman est très dense, le scénario est très poussé. Tout est minutieux et parfaitement amené.

Un très bon polar et encore plus quand on sait qu’il s’agit d’un premier roman et qu’il ne vient pas du milieu de la police. Alors bien sûr, le système judiciaire n’est pas autant abordé que dans d’autres polars. Mais tout s’appuie sur les personnages et leurs relations, leurs sentiments profonds.

C’est aussi un joli « pavé » de plus de 500 pages mais qui se lit d’une traite.

ISBN 978-2-36746-519-7

EDITEUR : Le Geste Noir

Avril 2016