EVADEZ-MOI

26 août 2016

Ne Sautez pas ! de Frédéric Ernotte

ne-sautez-pas-frederic-erniotte

Si j’avais dû donner un genre à ce roman, je n’aurais pas mieux fait que l’éditeur lui-même : roman pas policier mais presque. Evidemment, on s’attend à rencontrer un malfrat et trouver un flic à ses trousses…

C’est en fait un roman aux antipodes de mes lectures habituelles et que j’ai beaucoup aimé.

Un personnage simple, un monsieur tout le monde sensible et loufoque.

Mathias est laveur de carreaux et satisfait de sa condition et de son métier. Il est heureux avec Elisa, sa compagne infirmière, dont le frère travaille pour Médecins sans frontières. Ce beau frère qu’il admire et ce frère qu’Elisa voit comme un héros mettant sa vie au service des autres.

Mathias aime les gens et la misère dans le monde le touche. Alors quand, suite à un excès de vitesse il lui est assigné une peine d’intérêt général, il choisit de travailler pour une ONG et de faire du porte à porte pour vendre des figurines en plastique pour des projets dans le tiers monde.

Un jour, alors qu’il se prépare pour son travail en haut d’une tour de bureaux, un des responsables de la société locataire accourt, pensant que Mathias va se jeter du haut de l’immeuble et lui propose de l’argent pour qu’il renonce à se suicider. Mathias a alors une idée saugrenue pour aider les déshérités.

Je ne vous en dis pas plus si ce n’est que j’ai ri, souri, me suis attendrie sur ce héros pas ordinaire.

Maladroit parfois mais si sensible, Mathias est finalement tellement attachant…

Un style léger comme un courant d’air en haut d’un gratte-ciel. Une histoire vraiment originale qui m’a vraiment emballée.

Au-delà de cette histoire, l’auteur aborde la question des dons aux Associations ou Organismes Humanitaires. A l’égoïsme des plus riches et la générosité de ceux qui n’ont pas grand-chose.

Est-ce mal de ne pas faire le bien ?

Une pépite de la rentrée pour reprendre le travail de bonne humeur.

Et une mention spéciale pour les clowns que j’affectionne.

L’auteur :

Frédéric Ernotte est né à Namur. Passionné par la littérature, il a écrit son premier roman pour relever un défi lancé par un de ses profs. Une réussite puisque le dit-roman, C'est dans la boîte, a reçu le prix du Balai de la découverte en 2014. Ce grand amateur de roman policier est journaliste. Il a 34 ans.

Editeur : Editions Lajouanie (26 août 2016)

Collection : Roman pas policier mais presque…

ISBN-13: 978-2370470737

 

Posté par laulo31700 à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


25 août 2016

Les Papillons de Mal de Graham Masterton

51sPA2ukGQL

On dit que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes.

(Je ne veux pas dire que l’auteur est vieux bien sûr)

Les papillons du mal date de 2000, paru sous le titre original Trauma.

Bien que le personnage de Bonnie soit fort sympathique, on a du mal à vraiment se la représenter.

On a vite l’impression de tourner en rond, les scènes de crimes à nettoyer se succédant.

Arrivée au ¾ du roman, je découvre enfin ces fameux papillons et parvenue à la fin, on se dit « tout ça pour ça » ?

Il ne reste pas moins que le roman est agréable à lire, court. Il manque cruellement de rythme à mon avis et aurait mérité d’être plus développé dans sa dernière partie.

Il ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Le résumé :

Bonnie, outre son boulot dans une boite de cosmétique, boucle les fins de mois come nettoyeuse de scènes de crimes.

Son mari est au chômage et son fils commence à mal tourner. Son couple bat de l’aile.

Au cours des ses interventions sur des scènes de crimes, elle ramasse des chenilles et des chrysalides étranges.

Un entomologiste lui apprend alors que ces larves et chenilles sont celles d’un papillon, auréolé d’une légende mexicaine.

Bonnie va alors vouloir trouver le lien qui relie ces différents drames et pourquoi ces larves d’un papillon inexistant en Californie, se retrouvent sur toutes ses scènes de crimes.

Posté par laulo31700 à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 août 2016

Manhattan Carnage d'Orcus Morrigan (Maxime GILLIO)

51xVP+LZxQL

Changement de registre pour mon autre domaine de prédilection : les zombies.

Bon ben le moins que je puisse dire c’est que j’ai été chamboulée…

Oubliez tout ce que vous pensez savoir sur les zombies.

1-      Pas de virus qui rend zombie

2-      Pas d’arme chimique non plus

3-      Pas de morsure qui rend zombie

4-      On ne tue pas un zombie en lui tirant dans la tête

Orcus Morrigan est dans une des tours du World Trade Center le 11/09/2001.

Il est tué dans l’effondrement de la tour. Lorsqu’il se réveille, il se rend compte qu’il est devenu un zombie. Un « élu » puisque les ramenés à la « vie » sont choisis par un homme se faisant appeler Wilson. Dans quel but ? Bouffer et étriper du vivant qu’est-ce que vous croyez ! Mais pas n’importe lequel, des cibles choisies.

Orcus devra affronter une ninja blanche particulièrement redoutable bossant pour le Vatican, un psychopathe zombie et ses Golgoths.

Dans un style très très brut de décoffrage au langage pour le moins sonore, Orcus nous raconte ses aventures avec du gore, du très gore, du sexe et des clins d’œil aux séries Z.

Là j’avoue que ça m’a un peu titillée. En fan de Walking dead, traiter Daryl de Robin des Bois et Rick de cowboy avec son gamin débile… Sacrilège !

Mais je me suis régalée à lire ces aventures, j’ai beaucoup ri, un très bon moment de passé avec Orcus.

Dis monsieur Gillio, c’est quand qu’on aura la suite ?

Pour celles et ceux qui connaissent et ont aimé Série B de Marc Falvo et Je m’appelle Requiem et je t’… de Stanislas Petrosky, ce roman est fait pour vous.

Pour les fans de zombies, ce roman sort vraiment des sentiers battus, à prendre au second degré, original. A ne pas zapper !

  • Poche: 222 pages
  • Editeur : L'atelier Mosésu; Édition : Orcus Morrigan (1 mai 2014)
  • Collection : Orcus Morrigan
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1092100266

 

Manhattan Carnage

Où étiez-vous le matin du 11 septembre 2001, quand le premier Boeing a embrassé la Tour Nord du World Trade Center ? Moi, je me souviens très bien. J'étais dans la Tour. Même que j'y suis mort. Jusqu'à ce qu'on me ressuscite, quelques jours plus tard, pour une drôle de mission punitive.

http://www.atelier-mosesu.com

 

Posté par laulo31700 à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,