EVADEZ-MOI

07 décembre 2016

La Drolatique Histoire de Gilbert Petit-Rivaud par Frédéric Révérend

9782370470751FS

Voici un nouveau « roman pas policier mais presque… » des Editions Lajouanie.

Ceci dit, c’est vraiment un roman policier.

Gilbert Petit-Rivaud est artiste peintre. Au début du vingtième siècle, il se rend à Giverny comme tant d’autres artistes, pour tenter d’approcher le grand maître : Claude Monet.

Il découvre un joli village et fait la connaissance de quelques uns de ses habitants, se liant même un peu plus avec certains.

Témoin d’une discussion où il est question de supprimer quelqu’un, Gilbert s’interroge et va en parler à la police.

Peu de temps après, un corps est retrouvé dans une rivière, sans tête alors que plusieurs disparitions ont été signalées dans Giverny.

Gilbert va alors mener son enquête pour tenter de savoir qui a perdu la tête et pourquoi ?

Mon avis :

Ce roman à l’intrigue plaisante est surtout un vrai tableau littéraire. Tout n’est que couleurs, descriptions précises qui vous donnent l’impression de rentrer dans un tableau de Monet et d’y vivre une aventure aussi mystérieuse que bucolique.

Pour un lecteur qui ne serait pas habitué aux polars dits « historiques », comme c’est mon cas, il faut un certain temps avant de s’approprier le niveau d’écriture, se fondre dans l’époque pour mieux apprécier les personnages.

L’écriture est en effet parfaitement adaptée à l’époque pendant laquelle se déroule se roman. Une retenue, de belles phrases, des personnages un rien caricaturaux cependant, mais qui donnent toute une ambiance à ce roman.

C’est léger, parfois calme et reposant, parfois plus prenant.

Un roman policier mais pas que… un voyage dans le temps, une découverte comme une visite au musée.

Extrait :

En silence, ayant achevé cette première approche en tracés et à-plats de couleur, Gilbert fit tremper ses pinceaux. Il l’avait cherchée dans l’image naissante, sans être sûr de l’y avoir trouvée. Elle avait peu parlé, seulement une fois, avant de commencer, pour lui dire que ses seules exigences étaient d’être peinte parée de ses bijoux mais sur le motif, c’est-à-dire dans son décor naturel et non en atelier, et nue, sans qu’il vit dans sa nudité autre chose qu’un sujet à peindre. Lady Blossom se couvrit et s’approcha, il sentit son parfum, quelque chose de vanillé. Un extrait d’orchidée, peut-être.

L’auteur :

Frédéric Révérend est actuellement auteur, dramaturge, traducteur, comédien et metteur en scène indépendant. 

Des parents sur commande, éditions GES, collection Très-Tôt Théâtre 
L’homme aux farfadets, édition L’Avant-scène-Théâtre
Le sacre d’Alice, en ligne sur Internet
Hologramme pour un facteur idéal, édition Dés-opérations
L’invention d’un château, suivi du Coffre meurtrier, éditions de l’Amandier, Paris, 2007 
- traductions diverses d’auteurs américains, allemands, suédois et norvégiens  (William Lashner, Jakob M.R. Lenz, Henrik Ibsen, August Strindberg...)
- scénarios de dessins animés TV (WoofyL’Apprenti Père Noël...)

Posté par laulo31700 à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 décembre 2016

Entraves d'Alexandra Coin

81Mq-x8zQIL

Ce n’est pas un polar, ce n’est pas du fantastique, ni tout à fait un thriller.

Alexandra Coin nous entraine dans ce roman dans une intrigue psychologique très intense.

Emma est jeune, belle, elle est enseignante. Sa petite fille Louise est tout pour elle et elle est mariée à Ilario.

Ilario est le fils d’un riche industriel. Il est également éleveur porcin, activité qui est aussi sa passion.

Emma est jeune et elle est internée dans un hôpital psychiatrique après une tentative de suicide. Elle ne peut plus voir quiconque, pas même sa petite fille. Assommée à coups de cachets, sujette aux brimades du personnel soignant, elle sombre inexorablement.

Jonglant entre le passé auprès de ce mari véritable tyran psychologique et le présent, enfermé dans sa chambre d’hôpital, l’auteur dépeint la descente aux enfers d’Emma, lentement mais surement.

Ce livre est effrayant sur certains côtés. Quand on réalise ce que la manipulation mentale peut engendrer… la torture mentale peut être parfois pire que la brutalité physique.

Alexandra coin avait abordé dans « La voie du Talion » les conséquences d’un syndrome post traumatique sur celui qui en est atteint, comme sur son entourage, avec brio.

 

La Voie du Talion d'Alexandra Coin et Erik Kwapinski - EVADEZ-MOI

Voici une autre parution Aconitum. La Voie du Talion d'Alexandra Coin et Erik Kwapinski, c'est l'histoire d'une légionnaire brisé par les atrocités auxquelles il a assisté. De retour en Métropole, il n'est plus le même, sa femme Céline non plus. Il ne la reconnaît plus. Elle s'habille différemment, elle sort...beaucoup.

http://atelierdelaulo.canalblog.com

 

Ici, sa plume s’affermit encore avec cette analyse de la cruauté et de l’emprise que peuvent avoir certaines personnalités que l’on nomme des pervers narcissiques, sur d’autres, plus faibles.

Ce roman est très sombre. Mais on ne peut qu’éprouver une immense compassion pour Emma. Consciente à demi du fait qu’elle s’enfonce de plus en plus dans la démence, sans trouver aucun moyen de l’empêcher. Victime soumise et profondément malheureuse, seule, elle ne souhaite qu’une seule chose : revoir sa fille.

Alexandra COIN est née à Arles et vit désormais en Bourgogne. Son premier roman, La Voie du Talion, un thriller psychologique coécrit avec son compagnon, Erik KWAPINSKI est paru en avril 2016 aux éditions Aconitum. Un roman qui traite du syndrome de stress post-traumatique et de la manipulation. Des thèmes qui leur tiennent à cœur. 
C’est en solo qu’elle nous livre Entraves, également publié chez Aconitum.

Son site web : http://www.alexandra-coin.com

et pour suivre toutes les nouveautés Aconitum, c'est par là:  

ACONITUM

Posté par laulo31700 à 13:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

30 novembre 2016

Toutes taxes comprises de Patrick Nieto

51ninP7fU1L

 

Voici une des dernières nouveautés des éditions Cairn, dans la collection Du Noir au Sud.

L’action se déroule du côté de Montauban (Tarn et Garonne, à gauche de Toulouse, pour les non sudistes).

Pierre-Henri Sennelier, un des conseillers du président Sarkozy (nous sommes en 2011) est abattu chez lui d’une balle dans la nuque alors que son épouse assiste à un concert à Toulouse.

Les gendarmes sont sur place très vite et le SRPJ de Toulouse se voit confier cette enquête épineuse.

Pas d’indices, pas de suspects, pas de mobile, à moins que…

Mon avis:

L’intrigue est somme toute classique. Le mobile m’a laissée perplexe car il est rare que ce genre de thème soit abordé : fraude à la TVA sur le carbone… ça ne m’a pas vraiment fait rêver, vu ma méconnaissance du sujet. Là, la maîtrise du sujet des malversations financières est indéniable.

Ce qui m’a totalement conquise par contre,  c’est le style dans lequel cette histoire a été construite. L’approche est très originale. J’ai franchement adoré.

En effet, Patrick Nieto a écrit tout son roman au travers les yeux et points de vue de plusieurs personnages essentiels.

L’assassin, un brin psychopathe ascendant tueur à gages.

La victime qui vous fait vivre ses derniers instants comme si c’était vous et qui reste un de mes passages préférés (oui, je sais, je suis un peu bizarre des fois).

Le témoin numéro 1, à ne surtout pas rater.

L’avocate, pas vraiment équilibrée.

Le flic, qui fait ce qu’il peut, avec les maigres indices laissés par le tueur.

La veuve, un peu éplorée, beaucoup cachotière.

Et encore d’autres tous aussi fouillés, décortiqués, et qui ont vécu les évènements différemment.

Tellement différemment que nous, lecteurs, finissons parfois par nous perdre un peu, avant de repartir vers les révélations finales. Je ne sais pas vous (vous me direz) mais j’ai eu tendance à adopter l’un des points de vues, plus que d’autres.

Extrait :

« C’est jouissif d’avoir le pouvoir de vie ou de mort sur quelqu’un. N’en déplaise aux sceptiques, ça procure un sentiment de puissance absolue. Je connais bon nombre de personnes qui ont ressenti, au moins à une occasion dans leur existence, le désir de tuer quelqu’un. Mais, à chaque fois, quelque chose les a freinés : la peur d’avoir de sérieux ennuis, la conscience d’enfreindre le sixième commandement ou tout bonnement l’incapacité matérielle d’accomplir leur geste. Chez elles, cette mauvaise intention n’a été que furtive et n’a duré tout au plus que quelques secondes avant d’être soit oubliée, soit sublimée par des tâches ou des pensées autrement réalistes.

Pour ma part, j’assouvirai froidement un plaisir animal, un fantasme qui trotte dans mon cerveau depuis trop longtemps. Je suis comme le bourreau qui s’apprête à déclencher sa guillotine après avoir patiemment assemblé les pièces de son instrument les jours précédents. Voilà une profession qui m’aurait plu, d’autant que je me fiche du regard d’autrui comme de mes premières chaussettes. »

L’auteur :

Originaire du sud-ouest de la France, Patrick Nieto est commandant de police. Passionné de littérature asiatique et de

polars, il signe là son premier roman.

  • Poche: 336 pages
  • Editeur : Editions Cairn (26 septembre 2016)
  • Collection : Du noir au Sud
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 235068427X
  • ISBN-13: 978-2350684277

 

 

 

Posté par laulo31700 à 16:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,